- Être orthophoniste aux États-Unis

,  par Elise Connors

Par Elise Connors l’une des rares orthophonistes diplômée aux US et en Europe, bilingue bien entendu

- Être orthophoniste aux États-Unis
Exercer en tant qu’orthophoniste français aux États-Unis n’est pas chose aisée. Hormis les différentes écoles et lycées français, il reste difficile de pouvoir s’établir, que ce soit en langue anglaise ou en français.

Le parcours des américains pour devenir orthophoniste, ou speech-language pathologist (SLP), voire encore speech therapist (ST), n’est pas le même qu’en France. Un bon vieux diplôme universitaire, comme notre CCO, n’est pas suffisant. Le métier souffre pourtant d’un cruel manque de praticiens, notamment en ce qui concerne la prise en charge des adultes/du troisième âge. Ici, en Pennsylvanie, deux postes sur trois sont vacants. Poster mon CV sur internet a suffit à déclencher une vague d’appels de recruteurs, qui bien sûr étaient tous déçus de ne pouvoir m’employer (car je ne possède pas encore la licence d’exercice professionnel)
- La formation initiale
- Les démarches pour exercer aux Etats-Unis lorsqu’on est français

La suite

Et un autre article
Etre orthophoniste aux Etats-Unis : les différences

Il me faudrait des pages et des pages de ce blog pour détailler ma vie d’orthophoniste ici. Il n’y a pas une mais un bon millier de façon d’exercer la profession d’orthophoniste sur le sol américain. De même qu’en France, la speech and language pathologist (ou SLP dans le jargon local) prend en charge les troubles de communication (au sens large) et d’alimentation des nouveaux-nés aux vieillards du quatrième âge. Si mon expérience passée a concerné majoritairement les troubles neurologiques adultes, mon expérience présente est bien différente. Ici, l’orthophoniste exerce en milieu scolaire, et c’est tout à fait normal. Plus de la moitié des thérapeutes américaines passent au moins une partie de leur temps dans les écoles. L’autre partie exerce en salariat (hôpitaux, institutions, centres de recherche...). Seule une infime partie des orthophonistes exercent en libéral.

a suite