- L’homme et l’image

,  par Hervé BERNARD dit RVB

L’image est simultanément hors de soi, tourné vers et auprès de pour le photographe comme pour le photographié. C’est-à-dire respectivement ex-tase, ep-optie et parousie.

Hors de soi : physiquement, elle est bien différente de nous. Et, l’image est soustraite au monde car elle représente quelque chose. Cette représentation en fait quelque chose de différent de son sujet. C’est par cette soustraction de la chose représenté au monde qu’elle nous fait découvrir, qu’elle révèle, dans une sorte d’illuminations, certaines réalités du monde intelligible. C’est ce processus de révélation qui nous laisse croire que l’image se lit instantanément. En cela, elle est proche de l’extase. Dans l’extase, nous découvrons simultanément une vérité et nous sommes paralysés par cette découverte.

Tourné vers : comme représentation, elle est tournée vers. Le spectateur contemple l’image pareillement aux Saints-Mystères, c’est pour cela que certains la considère comme un objet inexplicable. On l’accepte où on la refuse. Elle est une révélation comme l’eptopie qui est une contemplation des Saint-Mystères dans la Grèce Antique.

Auprès de : pour la regarder, nos capacités visuelles impliquent qu’elle soit dans un environnement proche, elle est donc auprès du spectateur et simultanément la présence du représenté nous fait sentir son absence à moins d’être un idolâtre. C’est une présence de l’absence. En ce sens, elle est une parousie, car, comme la parousie du Christ, le sujet de l’image n’est ni complètement présent ni complètement absent.

© Hervé Bernard 2010