- Le réel est ce que l’on peut en voir

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Une expérience de biologie participative aurait permis à un chercheur de voir parfaitement en pleine nuit pendant plusieurs heures.

Biologie participative et open source
La biologie participative est un mouvement situé dans le prolongement de l’informatique participative (Open Office, Opera, Mozilla, Spip,... sont des logiciels issus de cette mouvance). Tout comme l’informatique participative, la biologie participative désire diffuser les résultats de la recherche en accès libre, en « open source ».

Simultanément, ces groupes s’inspirent aussi, tout comme dans le monde du logiciel du slogan « do it yourself » (faites-le vous-même). L’un des axes de certains de ces groupes de biologie « open source » comme certains groupes développant des logiciels, est le transhumanisme. C’est-à-dire le développement d’un état post-humain, qui serait une amélioration de nos capacités grâce aux avancées en biologie voire en robotique. Dans le domaine de la biologie, il y a quelques années l’expérience du lapin fluorescent dont l’ADN avait été modifié avec l’ADN d’un habitant des abysses avait beaucoup fait parler d’elle .

L’expérience
L’un de ces groupes de biohackers : Science for the Masses, Californie la Science pour les Masses a publié en accès libre et gratuit, une étude sur une expérience de développement de l’être humain et plus particulièrement de la vision. Cette expérience, sans chirurgie invasive aurait permis à son cobaye (Gabriel Licina) de voir clairement, pendant plusieurs heures, en pleine nuit.

Pour cela, on lui a injecté directement dans les yeux une solution liquide à base de chlorine E61 ; une molécule ultrasensible à la lumière, que l’on retrouve, comme pour le lapin fluorescent précédemment cité, chez les populations de poissons des grands profondeurs, là où la lumière de la surface n’arrive quasiment pas. Le rôle de cette molécule dans la vision est répertorié depuis longtemps puisqu’elle est déjà utilisée pour traiter des problèmes de vision dans la pénombre ainsi que dans le traitement de certains cancers.

Résultats
Premier résultat : les yeux du participants sont devenus entièrement noirs, comme ceux d’un chat.
Second résultat : le cobaye humain a dû porter des lunettes de soleil pour réduire la luminosité de la lumière du jour tellement il était ébloui.
Troisième résultat : 2h après injection, la nuit, sans aucun éclairage d’appoint et dans 100% des cas, le cobaye reconnaissait des personnes situées à une distance de 50 mètres dans la forêt. Les participants témoins, se contentaient d’en distinguer seulement un sur trois. Il a aussi pu reconnaitre des formes pas plus grandes qu’une main, dans la nuit à plus de 10 mètres.

Une réserve : cette étude a été faite sans vraiment lui appliquer un protocole expérimental. Cependant ces protocoles ont eux aussi leur faiblesse comme le montre régulièrement l’actualité scientifique.

Dans quelle mesure, ce type d’amélioration de l’être humain va-t-elle transformer notre définition du réel ?

L’étude originale, texte en anglais