- Momento, Jardin des Tuileries V2Dévoilement

,  par Hervé BERNARD dit RVB


« — Quel homme pourrait affronter sa propre effigie muette soudain dressée en face de lui, au milieu de la communauté des hommes ? »1

« — D’une certaine manière, ici, les femmes font corps avec la terre, n’est-ce pas ? Pouvait-il donc se produire quelque chose de plus significatif que cette image d’un homme soudain mise à jour par la terre ? Cet évènement de la ressemblance n’est-il pas à son tour une image du destin de chaque homme ?
Il y eut un instant de silence. Encore une fois il me sembla le voir débattre avec lui-même de la réponse la plus juste.
— Je n’avais jamais songé si loin, finit-il par dire. En fait, il est possible que l’interprétation de la biographie particulière à chaque ancêtre nous dissimule à tous cet aspect général. Elle nous fait entrer dans le monde l’analogie au point qu’on ne peut plus discerner l’image de la réalité, ou la chose de son reflet. Ou plutôt pour vous dire mieux encore mon impression, chaque réalité entre dans un tel système de correspondance qu’elle perd son poids pour n’être plus qu’un symbole. Alors, où donc, finalement arrêterons-nous l’interprétation ?
— Vos livres ne signifient-ils pas qu’on ne peut arrêter l’interprétation ? »2

« — J’ai pensé simplement que tôt ou tard les hommes, et les femmes, à leur tour devenaient les images de leurs images. Images perturbées, inversées même parfois, mais n’ayant pas un degré de réalité supérieure. »3

« — Nous venons de dire : les statues sont des rêves. Lorsque vous voyez dans nos jardins quelque figure guerrière ou politique, comme notre société ne connaît aucun de ces états autoritaires, sachez que de telles représentations à nos yeux ne désignent pas plus de réalité extérieure que les nymphes, les satyres, les licornes ou les hyppogriffes. Ce sont les étrangers qui les achètent et les dénomment. »4

« — C’est la vérité pure. La forme nuageuse atteint si bien la perfection qu’elle ne confond en elle et que l’on se voit soudain s’élever dans les courants ascendants de l’air chaud un nuage de pierre qui va rejoindre les vapeurs célestes. »5

« — D’où viens-tu, étranger ?
— Du plus lointain ; de toi. Et je tendis la main vers le ciel de son visage ; la sienne berçait mon front.6

JPEG - 69.3 ko
Rapport / Intercourse

« — Vous avez senti obscurément que le pouvoir n’est rien sans une image dont il tire toute sa réalité. Une certaine façon d’écrire l’histoire, qu’il faut à tout prix forger et contrôler. Sans cette image de vous-même à laquelle vous aspirez si fort que vous vous êtes leurré jusqu’à croire que vous pouviez la trouver en moi, vous n’êtes rien d’autres que l’expression passagère d’une nécessité à laquelle vous n’enterez rien. »7

DOCERE — PLACERE, LES MACHINES AUX TUILERIES
Sur des images d’Hervé Bernard