- Mon corps n’est plus dans l’image V2

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Interview de Roland Barthes par Jacques Chancel, grand échiquier 17/02/1975

« - Dans les premières pages de votre ouvrage, il y a tout de même une somme de photos, il y a une véritable iconographie Roland Barthes et je me suis un peu étonné parce que vous vous arrêtez à l’adolescence.

- Alors, c’est moi-même qui ait choisi ces images et effectivement, j’ai constitué au début une sorte d’imagerie qui s’arrête effectivement en gros à la fin de mon adolescence parce que c’est seulement mon enfance et mon adolescence dont les images me fascinent encore. Après qu’est-ce qui se produit ? Après, j’ai commencé à écrire et à ce moment là, je dirais, mon corps, puisque nous parlons du corps, mon corps n’est plus dans l’image, il n’est plus dans la photographie, il est dans mon écriture d’une toute autre façon, sous un autre mode. Mais, à ce moment là, je dirais que mon corps se retire ou se dispese dans l’acte d’écrire et je n’ai pas ou plus à le présenter.. »

JPEG - 293.3 ko
Hommage au Penseur de Rodin

Citation extraite de l’émission de France-Culture Objectif photo (3/3) : Barthes, La chambre claire

« D’ailleurs, parlant de cette image (l’image de sa mère), Barthes ne dit pas qu’il “ reconnait ” sa mère, mais qu’il la “ retrouve ”. En fait, il “ s’y retrouve ”. Avec cette photographie, il lui semble tenir, mieux qu’avec toute autre sa propre enfance dans le regard de sa mère. Ces réflexions nous aiguillent sur un chemin inhabituel. Ce dont Barthes cherche à s’assurer sur la photographie de sa mère qu’il retient, c’est de sa propre présence en elle. Il tente d’y vérifier sa capacité à elle de contenir et de porter son enfance à lui. Tel est en effet, comme nous l’avons vu, l’un des axes privilégiés de l’image (l’image de famille, y compris les galeries de portraits) : constituer un équivalent du regard maternel dans lequel le sujet a d’abord éprouvé sa présence au monde. »
Serge Tisseron, Le Mystère de la Chambre Claire, p 48 ed Champs Arts, les éléments entre parenthèse sont des ajouts que nous avons faits.

- DANSER L’IMAGE, un entretien avec Harry Gruyaert