- Paréidoles V2

,  par Hervé BERNARD dit RVB

De Platon qui l’a choisi pour prouver que l’image est une illusion aux surréalistes qui la choisirent pour monter quelques uns de leurs gags en passant par les paysages anthropomorphes sans oublier Brassaï qui affirmait : « Lorsque, érodés et polis par l’incessant va-et-vient des vagues, les galets sortent manufacturés de la gigantesque usine marémotrice, ils sont autant de sculptures taillées déjà par une main sensuelle. […] Je suis persuadé que l’art est né non des formes inventées de toute pièce, mais de celles auxquelles l’imagination pourrait donner une signification » [[Cité p 211 dans Regard sur l’image] et Léonard de Vinci... sans oublier le célèbre Dali avec pour ne citer qu’une seule de ses peintures « Le marché aux esclaves et l’apparition du buste de Voltaire »

Visage inconnu / Unknown face

Ils sont tous paréidoles, comme le montre avec autant de vigueur tous les humains qui se sont précipités sur Google moon afin de voir la silhouette d’un individu se promener sur le sol lunaire. En fait, cette information n’est ni un canular, ni un faux bien qu’elle ne soit pas vraie. Elle ne fait qu’exploiter une tendance du couple cerveau-œil, une appétence pour les formes réalistes. Cette appétence, comme nous venons de le voir, les artistes l’exploitent depuis la nuit des temps.

JPEG - 286 ko
Moïse et les Amalécites

Pour ma part, en bon paréidole que je suis, j’ai eu recours à ce processus dans plusieurs des images des séries suivantes : Formes improbables, dans certaines images de la série Hommage à..., voir celui à Icare et je compte bien continuer à explorer cette voie porteuse de polysémie.

JPEG - 320.9 ko
Le cygne / The Swan

La question du paréidole est, d’une certaine manière, celle de l’œuf et de la poule.. De fait, lorsqu’il s’agit d’objets manufacturés par l’industrieuse main humaine ou de plantes agencées par cette tout autant industrieuse main, voyons-nous ces formes figuratives lorsque nous les rencontrons, les découvrons ou parce que nous les avons crées ainsi ?

La “ paréidolie ” conduirait-elle, poussée à son extrême, à l’idolâtrie ? Certes, les lapins dans les nuages ne sont pas fabriqués par les nuages et ils sont bien loin d’être le produit de notre industrieuse main, en tout cas directement. Cependant, ils le sont indirectement car si nous voyons des lapins ou des moutons, d’autres y verront des vagues ou des rochers... Ces nuages, ces moutons, ces rochers (...) sont donc le fruit de notre main cérébrale tout comme ce cygne d’eau qui, ici, pourrait tout aussi bien s’écrire signe. Mais, signe de quoi ? De l’infinie imagination humaine.