- Quand Batman pratique la Gestalt V2

,  par Hervé BERNARD dit RVB


Batman vient d’adhérer à une « nouvelle religion » : la Gestalt. Comment la pratique-t-il ?

1 Les principales lois mises en valeur par la théorie de la Gestalt
Elles sont au nombre de trois, ces lois sont fondamentalement contextuelles.

Selon la première, dite loi de proximité, les éléments proches sont perçus comme appartenant plus facilement à une forme commune que des éléments éloignés.

Selon la seconde, dite loi de similarité, les formes de même taille sont plus facilement perçues comme appartenant à un même ensemble.

Quant à la troisième, dite loi de continuation, de bonne fermeture, elle montre que nous avons tendance à achever une forme qui nous paraît inachevée.

Ces trois lois ont un point commun : elles reposent toutes sur un principe de simplification. Extrait de Regard sur l’image p 141

À votre avis, à laquelle ou auxquelles de ces lois cette image obéit ?

2 Tentative d’explication
Stanislas Dehaene a formulé l’hypothèse suivante :
pour apprendre à lire notre cerveau « recyclerait des neurones qui, chez les illettrés, répondent aux visages et aux objets naturels. Or, les neurones de ces aires (du cerveau) répondent à l’identique à un profil de visage vu de gauche ou de droite, car ils ont évolué dans un environnement où ces profils symétriques représentent le même objet. Au fil de l’apprentissage de la lecture, notre boite à lettres cérébrale doit désapprendre cette invariance en miroir. C’est ainsi que nous distinguons un “p” d’un “q”, alors qu’une personne illettrée les confond. Cela n’a rien à voir avec la dyslexie : c’est une propriété universelle du cerveau, qui contraint l’apprentissage de la lecture. »1

Faut-il en conclure qu’il y aurait deux dyslexies. L’une serait visuelle, elle procéderait de la confusion des images tandis que l’autre serait auditive et procéderait de la confusion des sons. Le cumul, dans ce domaine, étant bien entendu possible.