- Comment aborder le parc ?

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Propositions pour un nouveau regard

Parc du château de Versailles, © Hervé Bernard 2013

« Comment aborder le parc, proposition pour un nouveau regard ? Une première démarcha consisterait peut-être à gommer les détails ; revenons aux parterres de broderie : il est difficile d’en goûter les motifs aujourd’hui car ils relèvent d’une autre sensibilité, d’un autre temps, on eut les voir mais on ne peut plus les ressentir et ça n’est peut-être pas très grave. Le Nôtre, selon certains écrits, pensait déjà qu’ils n’avaient pas une grande importance, ils animaient surtout des surfaces avec les critères décoratifs de l’époque, comme les moulures animent les portes des buffets. Pourtant, aujourd’hui ce sont les images prioritaires du matraquage touristique, des clichés envahissants qui masquent l’essentiel : la matière, la surface, le volume, l’horizon.

Parc du château de Versailles, © Hervé Bernard 2013

La situation est comparable pour les sculptures. Heureusement, leur protection technique contre le gel nous a apporté un début de réponse très intéressant. Les statues bâchées pour l’hiver permettent de comprendre le rôle qu’elles ont joué dans la structure du parc. La disparition des détails donne une vision globale du système : pourquoi ne voit-on pas la forme ? Parce qu’il y a le détail. Pourquoi n’arrive-t-on pas à lire les parterres ? Parce qu’il y a les broderies. Pourquoi n’apprécie-t-on pas l’importance de ces sculptures dans l’équilibre du jardin ? Parce qu’elles sont porteuses d’anecdotes difficiles à décrypter aujourd’hui, sauf à être expert.

Parc du château de Versailles, © Hervé Bernard 2013

La sculpture bâchée, moins envahissante comme image, révèle avec évidence l’importance de sa mise en situation dans le parc. Quand on a plus la possibilité de décrire dans ses détails, elle devient une forme plus contemporaine qui construit l’espace. Le paradoxe est que la sculpture cachée est alors mise en évidence dans son rôle à l’échelle du parc »

Jacques Coulon dans Paysages, l’héritage de Le Nôtre p 32-33, sous la direction de Michel Audouy et Chiara Santini, Actes Sud