- Regard sur l’image, la table des matières du livre

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Version imprimable

Regard sur l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
L’image, une information
construite sur une technique .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

Première partie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Le cadre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Le cadrage et le format . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Le filet noir autour d’une photo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Le cadre et la valeur de plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
L’imbrication des plans . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Angle de vue, focale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Photographier, c’est mettre en scène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
La non-intervention existe-t-elle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
L’image recadrée ou la photographie échantillonnée . . . . . . . . . .32
La lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
La vitesse de l’obturateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
La profondeur de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
La couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Travail sur la chromie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Le contraste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
La teinte et la saturation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Le photomontage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Le montage « réaliste » ou montage photo . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Montage illustration ou la photographie débarrassée du réel . .47
La légende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Photo et durée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53

JPEG - 91.6 ko
Regard sur l’image, la couverture

Deuxième partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Rappels historiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
La vision dans le règne animal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
L’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Le système optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Les photorécepteurs SML . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
La luminance et la chrominance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
La théorie bipolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
La théorie retinex d’Edwin Land . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
La description de Munsell . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les mouvements de l’oeil et de la tête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Le travail du cerveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
L’évolution de la vision chez l’être humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Chez le foetus et le petit enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
Chez l’adulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82
La couleur, un mot, deux notions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
La couleur comme longueur d’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
La lumière a-t-elle une qualité ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
La couleur comme sensation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86
La couleur comme apparence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
La couleur comme matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
La couleur, une invention en marche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
La vision et l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
La profondeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
La vision stéréoscopique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92
Notre perception visuelle est-elle réellement en 3D ? . . . . . . . . . . 93
La vision est un filtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Physiologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95
L’œil ne voit pas des phénomènes qui existent . . . . . . . . . . . . . . . . 96
D’un point de vue physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Du point de vue de la lumière et de la couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
L’oeil ne voit pas les réductions de définition spatiale. . . . . . . . .100
Du point de vue du mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100
Du point de vue du relief . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106
Le filtre des malformations visuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
L’oeil voit des phénomènes qui n’existent pas. . . . . . . . . . . . . . . . .107
Les agnosies visuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

La vision, un phénomène psychologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
L’apprentissage de la vision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Le traitement du cerveau nous aide à voir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Le traitement du cerveau nous induit en erreur . . . . . . . . . . . . . . . 115

Troisième Partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119
Les neurones miroirs,
la compréhension et l’apprentissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
Le cerveau émet des hypothèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
Le rôle du cerveau
dans la perception des échelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133
La perception est-elle intelligente ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
On ne perçoit que ce que l’on connaît . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
Les impressionnistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
La fausse perspective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
On perçoit ce dont on se souvient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
On ne perçoit que ce que l’on cherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
La perception est contextuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141
Les principales lois
mises en valeur par la Gestalt théorie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
La perspective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
La perspective, une grille de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143
La perspective et la lumière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
L’importance du point de vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
L’analyse du mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146
La vitesse de l’obturateur,
un outil d’analyse du mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Image animée et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149
L’image mobile n’est pas une suite d’images fixes . . . . . . . . . . . . . . 149
L’analyse de la couleur
dépend aussi du point de vue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
La couleur n’existe pas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
La couleur est contextuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
La couleur repose sur un gentleman agreement . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
La couleur a-t-elle du sens ?
Ou la présence du Moyen Âge au xxie siècle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Et pourtant, la perception et la couleur ont du sens. . . . . . . . . . . . . . 154
Le blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Le noir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157
Le rouge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158
Le vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159
Le jaune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159
Le bleu . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160
Le violet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
Le roux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
Le gris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
Des mots et des couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
La couleur ailleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Japon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163
Tableau des symboliques des couleurs dans le monde . . . . . . . . . . .163
Inde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
Chine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
Égypte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165
Mexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Nouvelle-Zélande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Dans la Rome antique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Dans la Grèce antique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
La perception à l’écran . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
L’écran de cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167
L’écran informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172
L’image et le son . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175
L’image sandwich et l’art abstrait,
des exemples d’images « a-perspective » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Existe-t-il d’autres codes de représentation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Les prémices de la perspective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Les représentations liées à la perspective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
Les représentations
ne faisant pas appel à la perspective . . . . . . . . . . 185
Image et ressemblance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
La ressemblance avec la réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Une absence de ressemblance avec la réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
Une représentation globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
L’image ne serait pas soumise à un code,
sa compréhension serait immédiate
et essentiellement du registre de l’émotion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
L’image serait uniquement
un outil de propagande, un objet de croyance . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
L’image nous déposséderait
d’une partie de nous-même . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216
Image et texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
L’image omniprésente, voire envahissante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
La non-image, vers un nouvel iconoclasme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
L’image scientifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
Images fixes/images animées, existe-t-il une différence ? . . . . . . . . . . . . . . . 227
Image et religions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
Le judaïsme . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
Le christianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
L’islam . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
L’hindouisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
Le bouddhisme et le mandala . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
Les Aborigènes d’Australie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
L’interprétation historico-biographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
Représentation versus figuration,
le besoin de la figuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
L’image comme symbole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284
La sémiologie de l’image,
au-delà de la définition de grilles d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289
L’image pour construire une vision du monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
La différence entre écouter et voir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
Quelle(s) fonction(s)
une culture assigne-t-elle à l’image ? . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . 300
Les marques de la différence du traitement social
entre le texte et l’image . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305
Image et immédiateté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
Image et Parole, une cohabitation nécessaire . . . . . . . . . . . . . . . 310
Image et Permanence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
Image et Subjectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
Les enjeux de la création d’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
Dictionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
Romans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
Presse, revues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
Actes, congrès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
Catalogues d’exposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
Sites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
Thèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
Émissions de télévision, films, DVD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
Table des illustrations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331

Voir en ligne : Version imprimable