- De l’invention de la figuration I

,  par Hervé BERNARD dit RVB , 1 commentaire

Image extraite du film Empreintes réalisé par ©Hervé Bernard 2015
photographie © Hervé Bernard 2014

« Le lendemain, il s’installait selon son habitude dans un coin du camp, mais sans chercher à se dissimuler, bien en vue, où à force son manège finit par attirer l’attention. Qu’est-ce qu’il avait encore inventé, l’avorton, qui depuis ce matin s’occupait à griffer le sol de son doigt ? Les enfants se poussaient du coude, réjouis déjà l’idée de le chahuter un peu, quand l’un d’eaux s’avisa que les curieuses traces à terre lui rappelaient, oh c’était forcément un effet du hasard, vous allez rire sans doute, mais figurez-vous que j’y vois, oui, des mammouths. Tous se penchèrent par-dessus l’épaule du petit bossu. C’était ma foi vrai, disons plutôt qu’on devinait ici un haut de crâne, et puis là peut-être la trompe et les défenses, mais dans l’ensemble ils étaient d’accord, ça pouvait faire penser à — et se tournant maintenant vers le gardien de cet étrange troupeau, l’interrogeant du regard, alors quoi, du lard ou du cochon ? du pemmican ou du bison ?

Lascaux
© Hervé Bernard

Et soudain, en guise de réponse, l’audace inouïe, notre dompteur de formes s’empressant d’effacer de la main les lignes sur le sol, et du même coup envolés les pachydermes, évanouie l’illusion collective, fallait-il que celui-là fût fou pour détruire ce pur hasard qui lui avait valu un court instant des marques aussi inespérées d’intérêt, ce qui n’était pas près de se reproduire, et cette impression des animaux sur le sable non plus, aussi était-ce une raison plus que suffisante pour administrer au profanateur une bonne leçon, il s’en souviendrait, pas de sitôt qu’il nous mènerait en bateau, et alors que tout allait rentrer dans l’ordre, c’est-à-dire le petit infirme sous les coups de ses tortionnaires, voilà que le d’ordinaire résigné à son sort impose d’un geste le silence, stoppant net l’élan des punitifs, non mais qu’est-ce qui lui prend encore, et alors qu’il lisse le sable de la main les forçant à ouvrir grand les yeux, et voilà qu’à nouveau il se penche, décidément, c’est une manie, vous n’allez tout de même pas retomber dans le même panneau, mais déjà l’assistance n’écoute plus, elle suit le doigt de l’avorton qui fait surgir de la poussière, la gueule ouverte d’un lion, car à n’en pas douter, il s’agit boen d’un lion bien qu’on ne distingue que la mâchoire et les canines aiguisées, mais l’ébauche est suffisamment menaçante pour que tous reculent instantanément de frayeur. »

Préhistoires
de Jean Rouaud