- Ébauche d’une définition de la photographie

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Citations collectées au fil de la lecture d’un texte de Jean-Louis Poitevin intitulé « III - Martin Heidegger, Le statut de l’image dans "L’époque des « conceptions du monde » et qui me semble congruant pour constituer une ébauche de base d’une définition de la photographie.

« Le dispositif photographique comme le nomme Jean-Marie Schaeffer est composé de deux éléments selon la définition traditionnelle, ‘’ un système optique de production de l’image et un procédé chimique d’inscription de l’image ’’.
Entendons un système de capture et un système de reproduction, ou encore un filtre qui absorbe et un autre qui restitue.
Ce qui nous importe ici, c’est la double croyance, au sens de tenir pour vrai, en l’exactitude de l’image photographique et en sa puissance autopoïétique. »

[...]

« On pourrait dire que la photographie va elle aussi à sa manière représenter ce qui est constant et faire de la réalité, des choses en général et de chaque chose en particulier, ou de l’étant dans sa totalité, un objet, c’est-à-dire un quelque chose qui se tient devant qui se présente et se tient devant lui, à portée de sa main, à portée d’un regard familier, celui que l’on a sur les choses que l’on peut prendre dans sa main et observer en détail avec ses yeux directement. C’est cela, cette intense proximité doublée d’une distance incommensurable, qui sans doute a permis que l’appareil soit nié, à savoir qu’il n’est plus « nécessaire » au moment de la vision, de la lecture du résultat qu’est l’image photographique. »

[...]

« On pourrait dire que la photographie va elle aussi à sa manière représenter ce qui est constant et faire de la réalité, des choses en général et de chaque chose en particulier, ou de l’étant dans sa totalité, un objet, c’est-à-dire un quelque chose qui se tient devant qui se présente et se tient devant lui, à portée de sa main, à portée d’un regard familier, celui que l’on a sur les choses que l’on peut prendre dans sa main et observer en détail avec ses yeux directement. C’est cela, cette intense proximité doublée d’une distance incommensurable, qui sans doute a permis que l’appareil soit nié, à savoir qu’il n’est plus ‘’ nécessaire ’’ au moment de la vision, de la lecture du résultat qu’est l’image photographique. »

[...]

« Anticipation et arrêt sont (aussi) les deux moments de la photographie, au sens de choisir un sujet et réaliser la prise de vue. »

[...]

« La ressemblance est en quelque sorte l’alibi de la reconnaissance comme élément central du dispositif de la croyance en l’exactitude du représenté. »

Achetez le livre

  • 47.50 € TTC Le livre (France metropolitaine)
  • 45.02 € TTC + 6.98 € de frais de port pour le livre (Suisse et CEE)

- Définition de la photographie par Nadar

- La photo : à la fois une figuration, une fiction et une narration ?