- L’autre origine de l’image

,  par Hervé BERNARD dit RVB

On a beaucoup parlé et, moi le premier, des images religieuses comme des grandes initiatrices de l’imagerie des sociétés humaines. Cependant, depuis la sédentarisation des hommes, il est un autre domaine qui, rapidement, a généré, lui aussi, quantité d’images. C’est l’artisanat et le commerce avec l’invention de l’enseigne. Image par excellence nécessaire dans un monde où, avec la multiplication des idiomes locaux, la langue n’était pas toujours commune d’un lieu à l’autre.

Encore aujourd’hui, ces images, avec le développement de la franchise, et malgré ou grâce à l’uniformisation des enseignes restent fortement présentes dans le paysage urbain. D’autant plus présentes qu’elles s’appuient sur leur petit-frère le logotype. Ainsi, en France, tout le monde connait la carotte des bureaux de tabac, bien que la consommation du tabac à priser soit devenu rare et bien qu’il n’y a plus de carotte depuis bien longtemps dans le dit tabac. De même, tout le monde connait la croix verte des pharmacies, ce symbole, qui, au moins autant que le caducée, traverse l’occident.

Avec l’alphabétisation croissante, on aurait pu imaginer que cette imagerie viendrait à disparaître. Pourtant, l’internationalisation des flux : transports de marchandises et des humains avec le développement du tourisme ont provoqué un retour en grâce de l’enseigne associée ou non à son petit frère le pictogramme notamment sur les autoroutes. En effet, tout le monde n’est pas polyglotte et les logos et pictogrammes par leur capacité synthétique sont les bienvenus dans le monde de l’efficacité. Le marketing des produits traditionnels tient aussi une bonne place dans le retour de ce type de signalisation.

Au cours du XXe siècle l’essor des techniques d’impression n’est pas étrangé à cette multiplication des images avec, dans un premier temps, l’apparition de la sérigraphie puis, dans un second temps, celui de l’offset et de la photocopie. Cette dernière, avec sa démocratisation, participe au développement de l’affichage sauvage notamment sur les devantures de magasin en attente d’un nouveau bailleur.

© Hervé Bernard 2017