- Le mot est image (7)

,  par Hervé BERNARD dit RVB

- S’il existe quelqu’un qui a compris que le mot est image, c’est l’inventeur du bikini : le français Louis Reard. Pourquoi ? Parce qu’il a choisi de donner le nom de l’île où les américains font leurs essais de la bombe atomique à ce nouveau maillot de bain. Par ce choix, il illustre son intime conviction : le bikini fera des femmes qui le porteront des bombes sexuelles.

- Un autre exemple, illustre une fois de plus notre intime conviction à ce propos, il se déroule sur les quais de Paris-Plage bien qu’il n’est rien à voir avec l’exemple précédent. Nous avons entendu l’annonce suivante : « une petite fille a été égarée par ses parents ». Curieusement, nous avons été cinq ou six personnes à réagir immédiatement et simultanément et au-delà de la question grammaticale. En effet, par cette faute de français, cette petite fille a été immédiatement soumise à une chosification. Cette enfant égarée est devenue une simple valise égarée dans un aéroport ou sur un quai de gare. De là à dire qu’elle a de la chance de ne pas subir le même sort que la valise et de ne pas être immédiatement explosée au cas où elle contiendrait une bombe, il y a un pas que nous ne franchirons pas bien que cette dérive sémantique soit toute aussi explosive. En effet, elle est à l’image de la considération que beaucoup portent à l’être humain. Être humain qui se marchandise de plus en plus tel une chose, même pas un objet.