- Le mot est image (18)

,  par Hervé BERNARD dit RVB

« L’ancien dicton Nomina sunt consequencia rerum, “les noms sont la conséquence des choses”, peut-être lu dans un sens comme dans l’autre ; ainsi que l’enseignaient les cabalistes, qui fondaient leur conviction sur l’histoire d’Adam dans la Genèse. Si les mots existent parce qu’ils correspondent à des choses existantes, alors il se pourrait que les choses existent parce qu’ils existent des mots pour les nommer. »1

© Hervé Bernard 2019

« Novalis, en 1798, se demandait comment il était possible de faire confiance aux mots pour porter la signification des choses. [...] Pour Novalis, le pouvoir du langage n’est pas que les mots définissent les choses, mais que la relation entre les choses. Un dictionnaire est donc un recueil de pierres de touche, de points de repère dans une toile incommensurable dont la nature individuelle nous demeure inconnue mais dont les constellations nous accordent un aperçu, si bref, si mince soit-il, du mécanisme de l’univers où tout ce que nous perdons est rassemblé et tout ce que nous oublions remémoré. »2