- Phatique et redondance

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Paris, le 23 septembre 2018

1 Comment s’articule ce ’’là’’ là, présent sur l’image ?
A-t-il une fonction phatique, redondante ou est-il réellement nécessaire ?

2 L’articulation de ce fameux lien texte-image
Typographiquement parlant, la mise en forme de ce texte est curieuse. En effet, il n’est ni ferré (aligné) à gauche ni ferré à droite et encore moins centré. Chacune de ses lignes étant mise en page-mise en scène différemment. Pourquoi ?

Logiquement, la première ligne est ferrée sur le nom de la marque, rien de bien surprenant, très classique d’autant plus que cet alignement est renforcé par son alignement sur le bord gauche du téléphone. Pour la seconde ligne, le parti-pris des publicitaires est plus curieux. En effet, son alignement à droite ne semble justifié par aucune logique, il n’est pas calé sur le bord de l’affiche, le début de la ligne n’est pas non plus aligné sur le bord gauche du corps de la femme, position qui aurait pu, elle aussi correspondre à une logique graphique.

En fait, l’alignement fait sur autre chose, le bord du ’’e’’ de suite est perpendiculaire au sexe de la femme. C’est là où l’espace entre le point d’interrogation et le ’’e’’, tout à fait logique d’un point de vue typographique devient une béance, un trou, pardonnez moi le terme qui renvoie à une certaine image de la femme comme objet. Paradoxe, vous me direz, oui d’autant plus que la lingerie portée n’est pas pas particulièrement érotique ni esthétique. Seul le rouge renvoie à un éventuel érotisme qui n’est pas sans danger.

3 Les implications sociologiques de cette campagne publicitaire ?
L’injonction à suivre une esthétique qui bannit le poil, surtout celui qui dépasse à la fois marquage d’un désordre et d’une ’’sauvagerie’’ et donc à l’utiliser comme élément graphique et domestiqué par l’esthétique du corps féminin.
Le corps, son esthétique et son érotisme sont des enjeux sociaux. L’individuel malgré le storytelling ambiant n’a pas de place.