- Le point de vue, un point essentiel du raccordement panoramique

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Pupilles et raccordement panoramique
par Emmanuel Bigler1

1 Introduction

La photographie panoramique par raccordement d’images numériques est une activité qui s’est développée si considérablement au cours de la dernière décennie, que nombre de photographes, amateurs ou professionnels, pratiquent le raccordement panoramique d’images par post-traitement numérique sans se poser plus de questions que M. Jourdain ne s’en posait lorsqu’il écrivait et parlait en prose sans le savoir. Néanmoins les lecteurs exigeants de http://www.galerie-photo.com et du forum http://www.galerie-photo.info savent que la question du choix du meilleur point de rotation pour que le raccordement s’effectue sans défaut, soulève quelques discussions et fait appel à d’obscures notions d’optique instrumentale.

Certes, si vous avez l’occasion de voir l’un de ces « tours d’horizon » de montagne réalisés au siècle dernier par raccordement soigné de tirages sur papier, il est à peu près certain que le photographe de l’époque ne s’est pas préoccupé de savoir autour de quel point il devait faire tourner son appareil. Son souci était plus de savoir comment harmoniser ses temps de pose à la prise de vue et comment équilibrer les densités de ses tirages contigus pour que, mises bord à bord ou massicotées d’un coup, il n’y ait pas de différence de luminosité visible d’une image à l’autre de part et d’autre de la jointure.

Aujourd’hui, certains appareils numériques destinés au marché amateur ont une fonction « panoramique automatique » grâce à laquelle vous vous contentez de laisser la machine travailler pour vous pendant que vous balayez l’horizon avec votre appareil en mains, comme l’aurait fait le capitaine d’un bateau faisant son tour d’horizon à la longue vue.

Mais avec n’importe quel appareil non panoramique, numérique ou pas, on peut raccorder des images. L’appareil numérique permet d’arriver au résultat bien plus vite qu’au siècle dernier. Avec le raccordement d’images numériques, la pléthore de pixels et la possibilité de regarder à l’écran l’image au pixel près, les défauts de raccordement naguère invisibles, sautent aujourd’hui « numériquement » aux yeux.

Il est donc grand temps, alors que la question n’est déjà plus posée puisque tout le monde se débrouille sans problème, d’analyser en détail la question du meilleur point de rotation dans le raccordement panoramique d’images effectué avec un appareil « ordinaire », c’est à dire un appareil qu’on va pointer suivant différentes directions de l’espace pour enregistrer une succession d’images destinées à être raccordées après coup.

On va donc examiner pas à pas la question de la projection des images dans cette activité aujourd’hui si répandue qu’est la prise de vue panoramique par raccordement. On commencera par le système le plus simple, le sténopé, dans lequel des tracés géométriques connus depuis la Renaissance permettent de déterminer la manière dont les images se forment dans l’appareil. Suivant le même cheminement que dans l’article traitant du rendu de perspective [1], on passera ensuite à la lentille mince diaphragmée en son centre, puis au système épais symétrique diaphragmé [2], puis de façon plus générale au système dissymétrique avec diaphragme ouvert.

Ce cheminement nous amènera à énoncer cette règle simple : pour que le raccordement d’images s’effectue sans défaut, il faut faire tourner l’appareil non pas autour de son écrou de pied, mais autour de la pupille d’entrée de l’objectif.

La notion de pupilles dans un objectif photographique a été présentée dans un autre article [3], en plus du rôle déterminant de la pupille d’entrée dans la définition du nombre d’ouverture, cette pupille joue donc un rôle déterminant dans le rendu de perspective et c’est autour du centre de la pupille d’entrée qu’il faut tourner pour effectuer un bon raccordement panoramique.

Puis on indiquera plusieurs méthodes simples permettant à tous de déterminer où se situe la pupille d’entrée d’un objectif.

Enfin, on expliquera comment les appareils panoramiques spécialisés à film courbe et objectif tournant fonctionnent de façon très différente du raccordement d’images avec un appareil ordinaire.

2 Alignements avec une prise de vue au sténopé

3 Raccordement d’images avec une lentille ou un système optique symétrique

4 Raccordement panoramique avec une optique dissymétrique : pupille d’entrée !

5 Mais où se trouve la pupille d’entrée de mon objectif ?

6 Appareil panoramique à film courbe et objectif tournant

7 Conclusion

8 Annexe : post-traitement des perspectives