- Sémantique I V2Propreté urbaine

,  par Hervé BERNARD dit RVB

Financiarisation de la vie sociale.

Ce panneau ‘’publicitaire’’ —faudrait-il dire d’information publique ?— met en relief un travers de la société française. Celle-ci privilégie depuis bien longtemps la punition aux dépends du vivre ensemble, la surveillance au dépend de la responsabilisation. Nous vivons dans une société catholique, quoiqu’on en dise et bien qu’elle prétende à une laïcité qui n’est que toute théorique quand on voit la stratégie de cette signalétique. Notre rapport à l’argent, à la fiscalité, à l’autorité sont là, eux aussi, pour nous le rappeler.

Propreté urbaine
© Hervé Bernard 2020

En effet, avant de ‘’frapper au porte-monnaie’’ et sans recourir aux caméras de télésurveillance, d’autres stratégies plus motivantes, plus responsabilsantes et accessoirement plus légères mettant en avant la responsabilité de tout un chacun dans la propreté urbaine et, bien au-delà des déjections canines, sont envisageables. L’environnement de ce panneau est là pour nous rappeler que la propreté urbaine ne ce n’est pas fait que pour les chiens.

Dans un autre registre, cette financiarisation de la société est bien illustré par Audrey Pulvar qui announce qu’elle « veut » la gratuité totale du métro et du RER parisien. Hors le premier problème de ces transports publics parisien est leur saturation. Donc, avant d’envisager la gratuité, nécessaire pour certains, il serait important, par exemple, de réduire la distance travail-domicile, réduction qui implique une évolution de la politique des loyers ; ou encore de développer les transports alternatifs comme le vélib...

Cette financiarisation, on a le retrouve dans les appels vocaux à porter le masque dans le métro, les gares ou autres lieux publics. À aucun moment il n’est fait appel au vivre ensemble, au respect des uns et des autres. L’unique argument est : si vous voulez éviter l’amende, mettez le masque.

En fait, la financiarisation de la société est à l’opposé de la responsabilisation de chacun d’entre nous contrairement à ce qu’elle prétend. Elle ne rend pas responsable, elle infantilise car son sous-texte est : « Si tu ne veux pas avoir la fessée, soit sage et obéit. »

Achetez le livre

  • 47.50 € TTC Le livre (France metropolitaine)
  • 45.02 € TTC + 6.98 € de frais de port pour le livre (Suisse et CEE)